Compte-rendu et premières victoires obtenues suite aux actions du 12 mai

Accueil E Sensibilisation E Compte-rendu et premières victoires obtenues suite aux actions du 12 mai

Compte-rendu et premières victoires obtenues suite aux actions du 12 mai

25/05/2023

Le 12 mai dernier, à la suite d’un travail d’accompagnement de parents issus ou non d’associations locales, diverses actions de sensibilisation et de mobilisation ont eu lieu devant 10 écoles à Paris et dans les Hauts-de-Seine, à Boulogne-Billancourt et Colombes.

Localement, les revendications portées par chaque groupe de parents d’élèves concernent des aspects spécifiques des écoles concernées. Afin de donner un écho plus large à ces demandes et pour montrer concrètement ce à quoi aboutit ce type d’actions, nous vous partageons le compte-rendu de leur déroulement et des victoires obtenues ou non depuis. Il est intéressant de souligner que chacun des groupes mobilisés ont des demandes correspondant à l’une des revendications de Respire/LREAN, que nous vous rappelons ci-dessous.

La coalition La Rue est à Nous appelle à une accélération du dispositif de “rues scolaires” via 3 propositions :

  1. Généraliser les rues scolaires piétonnes en Ile-de-France 
  2. Fermer le plus de rues d’écoles possibles à la circulation à Paris
  3. Réaliser des aménagements diminuant la place de la voiture dans les rues impossibles à piétonniser (où sont situées les écoles les plus polluées) à Paris

Pour en savoir plus sur les revendications globales portées par l’association Respire, en partenariat avec la coalition La Rue est à Nous, vous pouvez consulter notre communiqué de presse ici.

Photo banderole rue aux enfants

1. Généraliser les rues scolaires piétonnes en Ile-de-France 

Boulogne Billancourt

A Boulogne Billancourt (92), des parents se mobilisent depuis plusieurs mois pour réclamer la mise en place de rues scolaires dans cette ville, connue pour ses rues accidentogènes et dont toutes les écoles dépassent les seuils de pollution de l’air.

La première action ciblée a eu lieu le 12 mai à l’école Escudier, où la typologie et les usages de la rue se prêtent bien à la réalisation d’une première rue scolaire. Des actions de sensibilisation et des animations ont reçu bon accueil de la part des parents d’élèves, des riverain·e·s et des enfants. Ces derniers en ont profité pour improviser une partie de foot sur la chaussée, exceptionnellement fermée à la circulation grâce à l’aide des services de la Ville et de la police municipale.

Cliquez ici pour regarder une courte interview d’une des personnes mobilisées

Cliquez ici pour voir en vidéo à quoi ressemblait la mobilisation 

Au total, une dizaine de personnes issues d’associations locales et une dizaine de parents d’élèves ont organisé l’évènement. Une trentaine d’enfants ont activement participé aux animations et une centaine de tracts a été distribuée. Une première mobilisation qui a donc été réussie sur le plan de la sensibilisation des Boulonnais·e·s aux bénéfices d’une rue scolaire.

Cette mobilisation, inédite pour la banlieue francilienne, a par ailleurs fait l’objet de plusieurs reportages dans les médias :

A noter que l’action fait suite aux État Généraux de la ville de Boulogne Billancourt pendant lesquels les habitant·e·s ont demandé plus de sécurité et moins de nuisances (bruit, pollution). La mairie a d’ailleurs annoncé vouloir donner la priorité à la marche et vouloir sécuriser les rues des écoles. Le succès de cette première mobilisation montre à quel point les Boulonnais·e·s sont favorables aux rues scolaires, qui permettent de répondre concrètement et efficacement à leurs demandes ! Alors, en 2023, on continue la mobilisation, et si vous souhaitez vous y joindre ou obtenir plus d’informations, écrivez à LREAN Boulogne via cette adresse :

Colombes  

A Colombes (92), l’association Colombes Respire et des parents de la FCPE Pompidou se sont mobilisés pour la première fois ce vendredi 12 mai, devant les écoles élémentaire et maternelle Pompidou (rue Denis-Papin), pour réclamer la création d’une rue scolaire dans cette rue.

10 organisateurs en tout ont participé à l’évènement et ont distribué 200 tracts aux parents qui accompagnaient leurs enfants à l’école, tant à ceux qui venaient en voiture que ceux qui venaient à pied. L’opération a été un succès, elle a permis de sensibiliser dans une bonne ambiance des dizaines de parents, qui ont été réceptifs et enthousiastes à l’idée d’une rue apaisée devant l’école !

Après cette première étape de sensibilisation, Colombes Respire va continuer à se mobiliser pour cerner les attentes des parents d’élèves vis-à-vis des rues scolaires puis interpeller la Ville sur ce point avant d’organiser de nouvelles opérations de terrain. Si vous souhaitez vous joindre à eux, adressez-vous à :

2. A Paris, fermer le plus de rues d’écoles possibles à la circulation :

École Simplon (Paris 18) :

Des associations locales, une riveraine et des parents d’élèves ont organisé une petite opération de sensibilisation et concertation pour la création d’une rue scolaire dans le quartier Simplon, dans le 18eme arrondissement, en proposant un tronçon de la rue Boinod devant l’école Simplon, ainsi qu’une adaptation du plan de circulation.

Malgré la météo menaçante, une vingtaine d’enfants ont pu dessiner à la craie devant l’école et des échanges ont eu lieu avec les parents au sujet du plan de circulation du quartier et des solutions à mettre en place pour y tarir le flux de véhicule de transit. Une quinzaine de personnes sont restés en permanence sur le stand, qui a permis de créer de nouveaux liens et d’impulser une réflexion dans le quartier ! L’accueil des parents consultés a été globalement positif quant à la création d’une rue scolaire, avec une réserve concernant les reports de trafic.

Une élue de la mairie du 18eme est également venue à la rencontre des personnes mobilisées pour écouter leurs propositions. Une réunion avait déjà eu lieu la veille avec l’adjoint à l’espace public du 18eme, au sujet des possibilités de création de rue scolaire sur le quartier. Les associations, riverain·e·s et parents d’élèves vont continuer à se mobiliser pour faire des propositions et obtenir l’apaisement du quartier et une rue scolaire en 2024. Si vous souhaitez plus d’informations ou vous mobiliser sur ce sujet, écrivez à l’adresse mail suivante :

École Martel (Paris 10) :

Les parents de l’école Martel ont profité de la mobilisation du 12 mai pour réaffirmer leur demande auprès de la Ville : obtenir une barrière mobile pour sanctuariser la rue aux écoles temporaire, l’une des seules de Paris, où la circulation est interdite aux moments des entrées et sorties scolaires.

Six parents organisateurs ont mené leur mobilisation dans une ambiance détendue, au cours de laquelle une vingtaine d’enfants ont dessiné sur la chaussée (fermée aux voitures pour l’occasion). Plus d’une centaine de parents ont signé une pétition appelant à la piétonnisation des rues d’écoles et à un aménagement ambitieux de la rue Martel !

Outre l’appui de la direction de l’école à l’action, plusieurs élu·e·s à la mairie du 10eme et une conseillère régionale écologiste sont venu·e·s afficher leurs soutiens à la mobilisation, démontrant une fois de plus le degré de consensus qui se dégage autour des rues scolaires.

Parmi les victoires obtenues à la suite de la mobilisation et dues à l’investissement déjà ancien des parents sur ce sujet, un rdv a été obtenu avec l’adjointe aux espaces publics du 10eme ainsi qu’un engagement de la mairie sur l’obtention d’une barrière mobile pour fermer la rue Martel aux horaires d’entrée et sortie scolaires.

Le cas de la rue Martel est très intéressant, puisqu’il montre qu’il est possible, en faisant usage d’expérimentation, de flexibilité et d’ambition politique, de piétonniser temporairement une rue aux écoles à Paris sans forcément passer par de coûteux aménagements.

Si vous souhaitez soutenir ce projet, vous pouvez contacter les parents élus de l’école Martel, ou envoyer un mail automatique à la mairie du 10e en cliquant ici.

École Croulebarbe (Paris 13) :

Dans le 13eme arrondissement, une dizaine de parents organisateurs se sont mobilisés pour organiser une petite manifestation sur la voie publique afin de sensibiliser les parents à la pollution de l’air et de leur soumettre leur proposition d’amélioration de la rue Croulebarbe dans le cadre d’Embellir Votre Quartier Croulebarbe-Buttes aux Cailles.

Des ateliers de coloriage et de jardinage se sont déroulés dans une excellente ambiance et une fresque a été animée auprès des enfants par une artiste. Pendant ce temps, des tracts ont été distribués et les parents présents ont pu donner leur avis via le support d’une maquette de la rue.

Le tout s’est si bien déroulé que les parents aimeraient instaurer des évènements similaires plus régulièrement. Une élue écologiste et une collaboratrice du cabinet du maire du 13eme arrondissement se sont rendues sur place pour assister à l’action. Celle-ci va trouver son prolongement dans la proposition soumise au vote dans le cadre d’Embellir Votre Quartier.

 

3. A Paris, réaliser des aménagements diminuant la place de la voiture dans les rues impossibles à piétonniser, où sont situées les écoles les plus polluées :

Groupe scolaire Brunet-Compans (Paris 19)

Dans le 19eme arrondissement, quatre parents du groupe scolaire Brunet-Compans se sont mobilisés le 12 mai pour réclamer l’amélioration de la rue du général Brunet (apaisement, sécurisation, végétalisation) dans le cadre du dispositif Embellir votre quartier Danube-Manin-Petit.

Le groupe scolaire Brunet-Compans se trouve en effet au croisement de la rue Compans et de la rue Brunet, dont la première va faire l’objet des travaux de réaménagement en 2024 tandis que la seconde ne bénéficie pour le moment d’aucune amélioration. Les parents estiment pourtant que la circulation doit y être ralentie et la voie plus sécurisée.

300 tracts ont été distribués lors d’un café des parents convivial, pendant lequel les enfants ont pu dessiner à la craie, jouer au ballon et à faire des bulles de savon ! L’opération a été un succès et a permis d’échanger avec de très nombreux parents et enfants pour les sensibiliser et obtenir leur soutien pour réclamer la prise en compte de la rue Brunet dans le dispositif Embellir.

Le soir même de cette mobilisation, deux élues et trois responsables de la Ville sont venus à la rencontre des parents mobilisés. Les élues se sont engagées à prendre en compte les problématiques de la rue Brunet pour les inclure à la réflexion sur le réaménagement du quartier, une fois qu’un nouveau plan de circulation du quartier sera établi. A noter que le dispositif Embellir n’en est qu’au stade d’étude dans ce quartier et que les réaménagements définitifs ne sont pas encore déterminés.

Si vous souhaitez vous aussi réclamer des mesures d’apaisement de la rue du général Brunet, vous pouvez contacter les parents élus du groupe scolaire Brunet-Compans, ou envoyer un mail automatique à la mairie du 19e en cliquant ici.

Écoles Belleville-Pelleport-Télégraphe (Paris 20) :

Vendredi 12 mai, plusieurs parents d’élèves de différentes écoles du quartier Belleville-Pelleport-Télégraphe se sont coordonnés pour réclamer l’amélioration des rues aux abords des écoles du 20eme arrondissement. Déjà actifs depuis deux ans avec les opérations JOIE (Joyeuses Occupations dans l’Intérêt des Écoles), l’association le XXe aux enfants a organisé un parcours urbain allant d’école en école pour mettre en avant les problèmes de circulation et sécurité aux abords des écoles.

En tout, quatre écoles – Notre Dame de Lourdes, le 166 et le 172 rue Pelleport et le 236 rue de Belleville – ont participé à l’action : une vingtaine de parents ont parcouru le chemin en arborant banderoles et pancartes, pour finir au 236 rue de Belleville où un café des parents était organisé et où une trentaine de personnes étaient déjà sur place. A 16h30, la journée s’est soldée par une animation de dessin à la craie pour les enfants devant le 172 rue Pelleport.

De manière générale, les abords de ces quatre écoles sont peu sécures et très passants. La rue Pelleport, à double sens, est sujette à un trafic très dense par rapport à ses trottoirs étroits. Aux n°166-172, les parents, enfants et passant·es, contenus entre le mur d’école et la grille de protection, s’efforcent tant bien que mal d’avancer aux horaires d’entrée et sortie scolaires. Il est impossible pour une poussette et un chariot de course de se croiser ! L’école Notre-Dame-de-Lourdes, établissement privé qui accueille des élèves porteurs de handicaps, est quant à elle située dans un petit chemin piétonnisé mais nécessite pour y accéder de passer par un passage piéton mal signalé et dangereux situé au niveau du 119 rue Pelleport.

Les parents mobilisés réclament une réflexion concertée à l’échelle du quartier à deux niveaux. Premièrement, au sujet des rues aux écoles, les parents souhaitent que les reports de trafics dus à la piétonnisation de certaines rues soient soigneusement étudiés pour éviter de recréer une pollution plus importante devant d’autres écoles, qui sont déjà polluées et qui ne bénéficient à ce jour d’aucune réflexion quant à leur apaisement.

Deuxièmement, l’association le XXe aux enfants, l’association Respire et la coalition La Rue est à Nous réclament la mise en œuvre systématique de solutions alternatives aux rues aux écoles dans le cas de rues qui ne peuvent pas être piétonnisées (mise à sens unique, passages piétons protégés, barrières, potelets et signalétique colorés, trompes l’œil pour inciter à ralentir…) ce afin de ne pas créer de rupture d’égalité entre les écoles, sujettes à des seuils de pollution de plus en plus disparates à Paris.

L’association le XXe aux enfants est d’ores et déjà en lien avec l’adjointe à l’éducation du 20eme arrondissement et prévoit un rdv avec elle pour donner suite à la mobilisation. Consultez les propositions de l’association.

Si vous souhaitez vous engager sur ce sujet, écrivez à l’adresse ci-dessous :

École du 236 rue de Belleville (Paris 20) :

Devant le 236 rue de Belleville, des parents élus ont organisé un café pour sensibiliser les autres parents d’élèves à la problématique de la pollution, qui est particulièrement importante pour cette école située sur un axe entrant dans la ville de Paris. Le problème y est d’autant plus préoccupant que la cour d’école, l’une des rares dans ce cas, donne directement sur la rue de Belleville et expose en permanence les enfants aux nuisances de la circulation.

Dans une ambiance détendue, une trentaine de parents sont restés échanger après que les enfants ont dessiné au sol et sont rentrés en cours. Un responsable du 20eme arrondissement en charge de la voirie est venu écouter les revendications des parents : un mur végétalisé pour réduire l’effet d’îlot de chaleur sur la cour de récréation et y atténuer la pollution de l’air, la modification de l’arrêt de bus 60 situé devant la cour, qui entraîne des bouchons et de la pollution supplémentaire sur la rue Pelleport, et la suppression des trois places de stationnement sur la rue Pelleport en face de l’école.

Parallèlement, les parents souhaiteraient que la Ville mette en place un diagnostic de la qualité de l’air intérieur au sein de l’école.

Plus largement, ils insistent sur la nécessité de réaménager tout le carrefour Belleville-Pelleport afin de sécuriser les traversées.

Ce compte-rendu vous a donné envie de vous mobiliser vous aussi pour obtenir l’amélioration de votre rue d’école ?

Vous pouvez commencer par envoyer un mail au maire de votre ville ou de votre arrondissement. Pour les parisien·ne·s, vous avez la possibilité d’envoyer directement un mail automatique à vos maires d’arrondissement en suivant ce lien.

Si vous vous voulez aller plus loin (élaborer des propositions d’aménagements, réclamer une rue scolaire, convaincre les autres parents, soumettre un projet à votre ville), rendez-vous sur cette page pour d’informations, remplissez notre appel à contribution 2023 et/ou contactez nous à .

À lire également

Les rues aux écoles, ça marche !

Les rues aux écoles font baisser la pollution de l’air jusqu’à 30 % en moyenne Les associations Respire et Airgones publient la première étude...

> tous les articles