Accueil E Ecoles E Conseils pour une rentrée scolaire active

Conseils pour une rentrée scolaire active

23/08/2022

Pourriez-vous faire un trajet scolaire “actif” ?

La rentrée des classes arrive à grands pas et avec celle-ci le rythme des devoirs, des horaires, des repas, et bien sûr des trajets scolaires. Le début d’une nouvelle année scolaire peut nous motiver à changer certaines de nos habitudes. En effet, choisir d’aller à l’école à pied ou à vélo au lieu d’utiliser la voiture apporte toute une série d’avantages pour la santé mais pas seulement : ne pas utiliser la voiture ralentit notre rythme et permet de passer du temps de qualité avec nos enfants.

Clean Cities a demandé à des parents de parler de leur expérience et de ce que les villes pourraient faire pour aider davantage de familles à changer leur moyen de transport.

Des poumons sains, un esprit sain

La pollution de l’air est en augmentation constante dans les zones urbaines. En effet, toutes les grandes villes européennes dépassent les normes de l’Organisation mondiale de la santé en matière de concentration de dioxyde d’azote (NO2), un gaz dangereux émis principalement par les véhicules diesel. Respirer du NO2 entraîne de nombreux problèmes de santé, notamment l’asthme et les maladies pulmonaires chroniques, ainsi que 54 000 décès prématurés en Europe par an.

Le trajet scolaire représente une part importante du trafic aux heures de pointe. En France, par exemple, une enquête de 2020 commandée par l’UNICEF a révélé que 70 % des parents conduisent leurs enfants à l’école ou à la crèche en voiture au moins de temps en temps, 47 % indiquant que c’est le mode de transport qu’ils utilisent le plus souvent. Et ce, bien que seulement 8 % des personnes interrogées vivent à plus de 5 km de leur école. 

En Espagne, Gema, une mère de famille, choisit de faire le trajet scolaire à vélo pour “éviter les embouteillages qui se forment autour de l’école et, surtout, parce qu’elle est proche de sa maison et qu’il serait idiot d’y aller en voiture – bien que beaucoup de parents du quartier le font quand même.”

C’est une histoire similaire à Londres où 25 % des trajets en voiture aux heures de pointe du matin en 2018 sont des trajets scolaires – soit un total de 254 000 trajets par jour. Cette étude démontre aussi que ces trajets scolaires sont la cause du taux le plus élevé de victimes graves de moins de 16 ans dues à des accidents de la route. 

Commencer la journée du bon pied 

Choisir de marcher, de faire du vélo ou de prendre les transports en commun pour des trajets plus courts comme les trajets scolaires permet de réduire les niveaux de pollution de l’air autour des écoles, d’améliorer la sécurité routière, de réduire les niveaux de stress et d’améliorer notre santé et celle de nos enfants en intégrant l’activité physique dès le début de la journée. 

Un sondage YouGov à l’échelle du Royaume-Uni, commandé par Clean Cities, montre que les parents considèrent le trajet de l’école comme une source majeure de stress – trois fois plus stressant que les réunions de travail. Le fait de remplacer la voiture par des déplacements actifs peut contribuer à réduire ces niveaux de stress. 

“Il y a environ 4 ans, nous avons acheté un vélo cargo qui nous permet d’emmener nos deux enfants à l’école et de continuer sur la route pour aller travailler. C’était certainement le meilleur choix que nous aurions pu faire”, expliquent Benedetta et Federico, parents de deux enfants à Rome. “Nous préférons nous déplacer en vélo parce que c’est plus facile pour nous, moins stressant et plus pratique par rapport à la voiture. Nous pouvons facilement discuter sans nous soucier du trafic ou du stationnement et c’est un excellent moyen d’être plus actif.” 

Il n’est pas toujours facile pour les familles de passer à l’acte. Les villes doivent créer les conditions propices au changement. 

Bien qu’il y ait de nombreux avantages, faire la transition de la voiture aux déplacements actifs n’est pas toujours facile, et il y a souvent quelques inquiétudes au départ – notamment en matière de sécurité. 

“Je me déplace habituellement à vélo, mais l’idée que mes enfants fassent du vélo seuls m’effraie car je sais que cela peut être très dangereux en dehors des pistes cyclables, qui sont souvent incomplètes ou n’existent pas du tout”, admet Benedetta. “Les autorités locales devraient mener différentes actions pour sensibiliser les gens à la pratique du vélo et rendre les routes plus sûres pour les cyclistes en leur donnant plus d’espace.”

Certaines écoles ou associations de parents – notamment en Italie et en Espagne – prennent les choses en main, créant la sécurité par le nombre en dirigeant à tour de rôle des “vélobus” ou des “pédibus” d’enfants et de jeunes entre la maison et l’école. Mais, bien sûr, les villes doivent aussi jouer leur rôle, et cela commence par la mise à disposition de nombreux espaces et infrastructures sûrs et dédiés pour faciliter la marche et le vélo. Pour en savoir plus sur les performances des villes à cet égard, consultez le classement des villes de Clean Cities

Michaela, mère de trois enfants dans le sud de Londres, a acheté un vélo électrique dans le cadre du programme “pédaler jusqu’au travail” de son mari, qu’elle utilise pour transporter deux de ses enfants à l’école : 

“Nous avons un fils handicapé, George, et il doit aller dans une école spécialisée qui est différente de celle de mes deux autres enfants”, explique-t-elle. “Lorsque nous l’emmenons, nous devons utiliser la voiture car il voyage avec un ventilateur et un fauteuil roulant. Je me sens mal de conduire pour aller à l’école, mais nous essayons d’acheter une voiture électrique.”

Un trajet scolaire actif n’est pas possible pour tous et un soutien, y compris financier, est nécessaire pour aider les gens à passer à des transports plus propres – dans le cas de Michaela et de sa famille, un véhicule électrique ou un système d’autopartage électrique. 

Moins de voitures, plus de rues aux écoles

Si les villes veulent vraiment avoir une bonne qualité de l’air et réduire les émissions, elles doivent fournir les infrastructures et les incitations nécessaires pour que les gens passent mentalement et physiquement de la voiture à la mobilité active, partagée et électrique. Les trajets plus courts, comme le trajet de l’école, sont des gains rapides, et les rues aux écoles sont un moyen efficace de réaliser ce transfert modal. 

Dans le cadre de notre campagne européenne “Streets For Kids”, nous demandons aux dirigeants des villes de créer des rues aux écoles, c’est-à-dire des rues situées devant les écoles qui sont fermées à la circulation, au moins pendant les heures d’entrée et de sortie des enfants. Les rues aux écoles se sont avérées être des outils efficaces pour réduire la pollution atmosphérique et ont le potentiel de réduire l’utilisation de la voiture privée pour ces trajets en encourageant les parents à repenser la façon dont ils emmènent leurs enfants à l’école.  Les rues aux écoles augmentent également la sécurité et favorisent le bien-être en donnant l’opportunité aux riverains de se réapproprier l’espace public, tout en rendant le trajet scolaire moins stressant. 

“Chaque fois que de bons exemples font partie de la vie quotidienne d’un enfant, ils deviennent des activités dans sa vie future”, déclare Benedetta. “Je pense qu’amener les enfants à l’école en vélo est la bonne façon de commencer la journée ! L’utilisation du vélo dans la vie quotidienne est comme un cadeau pour l’avenir que les parents peuvent offrir à leurs enfants et à leur communauté.”

Si vous aussi vous souhaitez plus de rues aux écoles dans votre ville, nous avons une autre journée d’action pour plus de rues aux écoles en préparation pour vous le 21 octobre !  Suivez-nous sur les médias sociaux pour vous tenir au courant et contactez-nous si vous avez des questions. 

Lien original vers le site de Clean Cities

À lire également

Cycle de conférences – Compte-rendu#3

Entre septembre et décembre 2022, Respire a organisé un cycle de conférences sur les enjeux de la pollution de l'air pour la santé des enfants....

Cycle de conférences – Compte rendu#2

Entre septembre et décembre 2022, Respire a organisé un cycle de conférences sur les enjeux de la pollution de l'air pour la santé des enfants....

> tous les articles