Protégeons nos enfants : L’Impact caché de la pollution de l’air

Accueil E Ecoles E Protégeons nos enfants : L’Impact caché de la pollution de l’air

Protégeons nos enfants : L’Impact caché de la pollution de l’air

22/12/2023

La menace invisible

La pollution de l’air représente bien plus qu’une simple nuisance. C’est une menace silencieuse qui s’infiltre dans la vie quotidienne de nos enfants, souvent sans que nous en soyons conscients.

Les polluants émis par les véhicules, les industries, et d’autres sources peuvent avoir des conséquences graves sur la santé de nos petits, et ce, dès leur plus jeune âge.

La vulnérabilité des enfants

Nos petits sont particulièrement vulnérables à la pollution atmosphérique en raison de leur physiologie en développement : leurs organes ne sont pas encore matures, et leur système respiratoire est plus sensible.

En effet, selon un rapport de l’UNICEF, les enfants ont une fréquence respiratoire environ une fois et demie plus élevée que celle des adultes, augmentant ainsi les quantités d’air, et par conséquent de polluants, potentiellement inhalées.  

En outre, le fait qu’ils respirent plus rapidement que les adultes et passent davantage de temps à l’extérieur accroît leur exposition constante aux contaminants invisibles.

En France, jusqu’à 48 000 décès prématurés par an sont attribuables aux particules fines (PM2,5), ce qui souligne l'ampleur du problème.

La pollution de l’air : une source de multiples maladies

Ainsi, les conséquences de cette exposition dépassent les simples problèmes respiratoires telles que l’asthme, les infections respiratoires récurrentes.

Des études ont ainsi mis en lumière que la pollution de l’air n’affecte pas seulement le système respiratoire, mais aussi le développement cognitif et la santé mentale des enfants:

Une exposition prolongée à la pollution de l’air accroît jusqu’à quatre fois le risque de troubles dépressifs majeurs chez les enfants.

De plus, cette pollution peut même réduire l’espérance de vie des enfants, entraînant des pertes allant jusqu’à quinze mois dans les zones urbaines densément peuplées.

L'exposition quotidienne : un impact majeur

Chaque trajet quotidien vers l’école expose nos enfants à des niveaux élevés de pollution, avec des effets notables sur l’asthme et la rhinite.

Des études indiquent même que vivre près de routes très fréquentées pourrait entraîner jusqu’à 30% de nouveaux cas d’asthme chez les enfants. 

En outre,  des villes comme Londres ont montré une diminution de 10% des capacités pulmonaires chez les enfants exposés à des niveaux élevés de pollution.

En Île-de-France, parmi les 12 520 établissements scolaires, 682 sont exposés à des niveaux de pollution dépassant les normes légales de dioxyde d’azote (NO2). Les chiffres révèlent que 548 de ces établissements se trouvent à Paris. Données recueillies par l’association Respire en 2019, Carte des écoles polluées en Ile-de-France

Ainsi, la nécessité d’une action immédiate pour améliorer la qualité de l’air autour des écoles devient évidente pour garantir un environnement sain et sécuritaire pour nos enfants.

Comment pouvons-nous protéger nos enfants ?

Les constats alarmants sur la pollution de l’air soulignent l’urgence à réduire la circulation automobile, principale source de pollution en milieu urbain. En effet, le trafic routier est responsable de 52% des émissions d’oxydes d’azote (NOx) et, 16% des émissions de particules fines.

Pour atteindre cette réduction, plusieurs solutions s’imposent, notamment en modifiant nos comportements de mobilité, comme le recours aux transports en commun, ainsi qu’en aménageant nos villes de manière à ne plus utiliser la voiture.

Dans ce cadre, les initiatives comme les Rues aux Écoles se révèlent cruciales. Ces mesures locales visent à créer des environnements plus sûrs et plus sains autour des écoles en limitant la circulation automobile aux abords des établissements scolaires. 

En intégrant ces solutions, nous pouvons collectivement contribuer à un futur urbain où la qualité de l’air est préservée, offrant ainsi à nos enfants des conditions de vie plus saines.

À lire également

Les rues aux écoles, ça marche !

Les rues aux écoles font baisser la pollution de l’air jusqu’à 30 % en moyenne Les associations Respire et Airgones publient la première étude...

> tous les articles