Publication de l’Observatoire des rues aux écoles 2023 du collectif La Rue est à Nous

Accueil E Sensibilisation E Publication de l’Observatoire des rues aux écoles 2023 du collectif La Rue est à Nous

Publication de l’Observatoire des rues aux écoles 2023 du collectif La Rue est à Nous

11/03/2024

Observations et préconisations pour accélérer, améliorer et élargir les impacts du dispositif “Rue aux écoles – Rue aux enfants” de la Ville de Paris

Observatoire visuel

D’après l’Observatoire des rues aux écoles parisiennes de 2023, le dispositif progresse d’année en année mais à un rythme encore trop lent et avec des disparités par arrondissement. En revanche, le dispositif est globalement de bonne qualité, même si des efforts doivent encore être faits sur la qualité des aménagements pour garantir l’efficacité des différents types de rues aux écoles. Parallèlement, le dispositif ne permettant pas de traiter toutes les écoles, des mesures complémentaires doivent être mises en œuvre pour les écoles les plus polluées. 

Afin de faire une étape de mi-mandat sur l’avancée quantitative et qualitative du dispositif, la coalition La Rue est à Nous Paris a mis à jour son Observatoire des rues aux écoles au deuxième semestre 2023. Basé sur un travail de terrain mené par des bénévoles au moyen d’un questionnaire d’observation, l’analyse des résultats a abouti à plusieurs constats et recommandations de la part de la coalition. 

Les aménagements des rues aux écoles progressent d’année en année mais à un rythme encore trop lent et avec des disparités par arrondissement. D’après le décompte de LREAN, la Ville a traité 153 rues depuis 2020. Ainsi, la Ville traite en moyenne 38 rues par an. A ce rythme, 228 rues seraient traitées d’ici 2026, loin de l’objectif affiché par la Ville de Paris. De plus, 50 rues comptabilisées dans le bilan actuel de la Ville étaient déjà piétonnes avant 2020 et ne peuvent donc pas être incluses dans notre décompte. Par ailleurs, en 2023, ce sont 21 nouvelles rues qui ont été fermées ou aménagées dans seulement 11 arrondissements sur 20. 

Une majorité de « rues aux écoles » sont de bonne qualité mais les efforts doivent être mis sur l’ambition des aménagements réalisés. Le critère d’efficacité des rues aux écoles est défini par le fait que les piéton·ne·s marchent ou occupent régulièrement la chaussée. De ce point de vue, une majorité des rues aux écoles sont donc de bonne qualité : sur 203 écoles évaluées, 141 sont piétonnes, ie. environ 70 % des rues aux écoles. Concernant les rues “non piétonnes”, une majorité d’entre elles  (3 rue sur 4) ne sont pas suffisamment aménagées pour signaler le fait qu’elles sont réservées en priorité à l’usage des piétons. De manière globale, un certain nombre de rues présente des difficultés à l’usage (52 sur 203, soit 1 sur 4), par exemple avec des scooters ou des voitures qui circulent encore régulièrement. 

Le nombre d’écoles polluées traitées a progressé mais les efforts doivent être poursuivis. Au total, 47 écoles de la liste des 300 écoles les plus polluées (extraite de la carte des écoles polluées de Respire), soit 15 % d’entre elles, bénéficient d’un aménagement de rues aux écoles. Ce chiffre a évolué dans le bon sens depuis 2022 mais attire tout de même l’attention car 85 % des écoles les plus polluées ne bénéficient toujours pas d’aménagements permettant d’apaiser le trafic dans leurs rues. 

En conclusion, LREAN appelle à une série de mesures de la part de la Ville de Paris et des mairies d’arrondissement : 

1) Accélération du dispositif, en particulier dans les arrondissements carencés : prioriser la fermeture à la circulation motorisée des rues en ayant recours à des aménagements tactiques, plus légers et plus rapides à mettre en œuvre. (par exemple du mobilier participatif en bois, des fresques murales ou jeux au sol éphémères réalisées avec des enfants ou artistes, etc) 

2) Amélioration de la qualité des rues aux écoles, en particulier des “aires piétonnes ouvertes” : 

  • Définir une doctrine d’aménagements plus stricte, qui exigerait un niveau d’aménagements plus ambitieux, afin d’augmenter l’efficacité des rues aux écoles “ouvertes à la circulation”. Cette doctrine pourrait être intégrée dans le guide d’aménagement des rues aux écoles de la Ville de Paris en y ajoutant une partie sur ces rues ouvertes. 
  • Instituer une véritable “culture de la ville aux enfants” en encourageant des temps de « fête des rues d’écoles », par exemple via un appel à participation des écoles, parents et associations locales et via l’accompagnement des démarches pour y organiser des événements publics. Les rues aux écoles ouvertes doivent être particulièrement ciblées, avec des fermetures temporaires de la voirie. 

3) Élargir le dispositif via des mesures complémentaires mises en œuvre de manière systématique dans le cadre d’Embellir Votre Quartier

  • Prioriser les établissements les plus pollués : utiliser systématiquement tous les leviers existants pour apaiser la circulation à proximité de ces écoles (ralentissement de la circulation, suppression d’une partie du trafic, sécurisation, élargissement et végétalisation des trottoirs, changements des plans de circulation, etc). 
  • Créer des itinéraires piétons : une politique de création d’itinéraires piétons pourrait être mise en place (par exemple via l’élargissement, le désencombrement et la sécurisation des trottoirs, la diminution globale du trafic, du mobilier urbain adapté, éclairages et signalétiques adaptés etc), pour permettre aux enfants de se rendre seuls à l’école, en ciblant en priorité les quartiers les plus polluées.

Rdv sur le site de La Rue est à Nous pour consulter l’Observatoire 👇

À lire également

Les rues aux écoles, ça marche !

Les rues aux écoles font baisser la pollution de l’air jusqu’à 30 % en moyenne Les associations Respire et Airgones publient la première étude...

> tous les articles